ProofOfCast #2: C’est quoi le minage, l’audit du dollar, les ASICs Ethereum, la Commission Européenne et le cryptojacking

Actualités du jour

Promotion des activités de l’équipe:

Sébastien Arbogast on EmailSébastien Arbogast on FacebookSébastien Arbogast on InstagramSébastien Arbogast on LinkedinSébastien Arbogast on Twitter
Sébastien Arbogast
Développeur passionné et indépendant, entrepreneur dans l’âme et apprenti visionnaire, je suis toujours à l’affût de ces technologies qui vont bouleverser le monde et nos sociétés. Consultant depuis plus de 12 ans, je me suis récemment lancé à la conquête de la blockchain, je donne des conférences et des formations sur le sujet (notamment en ligne sur Udemy). A côté de ça je suis curieux de plein de choses: la conquête spatiale, la moto, la musique électronique, les hippocampes albinos ambidextres… plein de choses.

6 thoughts on “ProofOfCast #2: C’est quoi le minage, l’audit du dollar, les ASICs Ethereum, la Commission Européenne et le cryptojacking

Add yours

  1. Bonjour,
    Cela fait quelques mois que je m’intéresse aux crypto-monnaies et aux blockchaines.
    Je suis actuellement des flux RSS pour suivre l’actualité mais je me base beaucoup sur l’analyse graphique pour placer des trades.
    Ce podcast offre un contenu de qualité et le tout est très bien expliqué. Merci beaucoup.

    Est-ce que vous comptez toujours parler uniquement de l’actualité ou allez-vous faire des focus sur des projets en particulier ou des astuces de trading, etc ?

    Hâte d’écouter le prochain épisode en tout cas.
    Pour ma part, limiter la durée à 45min- 1h est parfait.

    1. Des focus sur des projets on en fera, ça fait tout à fait partie de notre objectif de promotion des activités de l’écosystème. Par contre nous ne sommes pas traders et on ne se sent pas vraiment légitimes pour donner des conseils financiers. Il y aura sûrement des intervenants qui parleront ponctuellement de ces sujets mais pas régulièrement.

  2. Bonjour,
    Je tenais a vous féliciter pour vos podcasts, c’est de loin les plus compréhensifs et intéressants que j’ai pu entendre…mais je m’égare….je m’égare…

    Continue comme ca, grace a toi j’ai répondu a beaucoup de mes interrogations.

    A bientôt, un auditeur de Suisse

  3. Bonjour,
    Félicitations pour ces podcasts à la fois clairs et instructifs.
    J’aimerais attirer votre attention sur la “blockchain” qui est en train d’être mise en place par la Banque de France pour gérer le registre des numéros des identifiants créanciers SEPA. Je sens intuitivement que c’est une blockchain de communication type “carrefour”, mais je n’ai pas assez de recul sur le sujet pour me faire un vrai avis. Pourriez-vous nous donner votre avis dessus et peut-être aussi sur l’antagonisme de se positionner en “tête du front anti-crypto” tout en communiquant sur l’utilisation de la blockchain svp?
    Merci d’avance et continuez comme cela !

    Une auditrice française depuis les USA

    1. Bonjour Marine, je n’étais pas au courant de ce projet de la banque de France, mais ton intuition était la bonne: d’après cette interview, ils prétendent que c’est décentralisé puisqu’ils utilisent Ethereum… mais en boucle fermée. Retour à la case départ. Leurs propres mineurs, leurs propres noeuds limités, leurs possibilités de bidouiller les données comme bon leur semble, donc aucune décentralisation et aucun intérêt d’utiliser une blockchain dans ce cas. Ca rajoute même de la complexité puisque de leur propre aveu, cela oblige leurs clients à faire tourner un noeud sur leur réseau Ethereum privé. Toutes ces sociétés ont malheureusement à se battre avec une inertie folle, du fait que leur modèle d’affaires tout entier est basé sur leur rôle de tiers de confiance et d’intermédiaire. Ce qu’une vraie blockchain décentralisée les invite à faire, c’est à repenser intégralement leur rôle dans un écosystème décentralisé, mais ils s’arrêtent généralement à la technologie et ne vont pas plus loin. Ce qui d’un autre côté est compréhensible, puisqu’ils doivent opérer dans un cadre juridique lui-même centralisé, et rassurer des marchés et des investisseurs centralisés. Mais alors pourquoi s’acharner à utiliser la blockchain de manière centralisée alors qu’ils ont une telle marge d’amélioration de leurs architectures IT existantes, et que la centralisation est tellement moins complexe à optimiser que la décentralisation? Je vois principalement 2 facteurs à cette schizophrénie: d’abord les sociétés de conseil comme IBM, ou dans ce cas Blockchain Partner, qui ne jouent pas franc jeu, donnent à leurs clients ce qu’ils ont envie d’entendre et vendent des man/days tant que ça marche. Et ensuite l’aspect PR/marketing qui fait qu’on a toujours beaucoup plus de couverture presse quand on dit qu’on fait de la blockchain que quand on explique qu’on a juste rationalisé et modernisé ses processus IT. Le problème principal avec tout ça, c’est que pendant qu’ils s’échinent à faire rentrer un cube carré dans un trou rond, le monde au dehors continue à avancer sans eux, et quand ces projets de blockchain centralisée échoueront (et ils échoueront inévitablement), il sera trop tard pour rattraper le train en marche. C’est triste.

      Merci pour les encouragements en tout cas.

  4. Bonjour Sébastien,
    Je tenais simplement à te remercier pour ta réponse à mes questions dans ce numéro 2 du podcast. Tes explications étaient claires et m’ont apporté des éléments de compréhension que je n’avais pas. Pour résumer, j’en conclus que tant que la crypto monnaie a une valeur, que miner rapporte plus que ce que cela coûte et que surtout il y a de la confiance dans le système, ce dernier peut perdurer.
    Merci encore pour ce super podcasts et que je recommanderai aux personnes de mon entourage intéressé par le sujet 🙂
    Amicalement,

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Proudly powered by WordPress | Theme: Baskerville 2 by Anders Noren.

Up ↑